Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Retro-Millieres.over-blog.com

Monographie de Notre Dame des Millières et divers Savoie

Nice et son Comté 1792/1794

Publié par Abbatucci in Histoire

Le général Anselme
Le général Anselme

1792

Avril 1792 : La France entre en guerre

13 avril Constitution de "l'armée du Midi". Le général Jacques-Bernard-Joseph-Modeste d'Anselme dirige le corps du Var (sous la direction) du général Anne-Pierre, comte de Montesquiou-Fezensac (1739-1798).

20 avril La guerre est déclarée entre la France et l’Autriche (puis la Prusse)

28 juin Le roi de Piémont-Sardaigne s’allie à l’Autriche.

------------------------

Notes

On compte à Nice plus de 1500 émigrés selon l’évaluation du consul de France Leseurre dans le Comté ce que les membres du comité révolutionnaire ne peuvent accepter Dès le mois d’avril, une division française (7 000 hommes) s’est installée à Antibes sous les ordres du général d’Anselme qui arrivera à Grasse le 27 juin. Composé du 7éme,28éme, 51éme 61éme, 72éme, 93éme d’infanterie de compagnie franches d’un régiment suisse des bataillons de nationaux de l’Aude, de la Drome de la Haute Garonne, de la Loire, des Bouches du Rhône du Var affaiblis par la désertion de certains officiers les 17 bateaux de lignes et frégates qui longeaient les côtes selon les responsables piémontais.

Les volontaires sont vêtus d’un semblant d’uniforme ou le bleu domine. Ce sont des citoyens transformés en soldats. Ce ne sont pas des professionnels de la guerre Des brigands infestent les armées révolutionnaires. Beaucoup se livrent au pillage. (30 heures) Ils sont la cause de nombreux désordres. Parallèlement, les effectifs sardes étaient augmentés à Nice (10 000 h). Plusieurs batteries côtières dont à Nice sur les hauteurs de Saint Augustin, au fort de Montalban et des redoutes entre le bord de la mer et Aspremont

-----------------------------

25 juillet Victor Amédée s’était allié à l’empereur d’Autriche

10 août La plupart des nations européennes rompent leurs relations avec la France

6 septembre Le roi de Sardaigne visite le camp militaire du Raous.

8 Septembre 1792 Au début du mois, les troupes françaises s’installent à Saint-Laurent.

--------------------------

Notes

Parmi les officiers sous les ordres du général d’Anselme, se trouve Masséna. Né à Nice en 1758 d’une famille originaire de Levens, il quitte ses parents à 17 ans et consacrera sa vie au service de la France. Entré dans le régiment Royal-Italien à Toulon, il quitte l’armée, ne pouvant devenir officier (puisqu’il est roturier) et se retire à Antibes où il ouvre un commerce d’huile d’olive et de fruits secs. Il s’engage à nouveau en 1789, devient capitaine-instructeur de la garde nationale d’Antibes et, en 1792, chef d’un bataillon de volontaires du Var.

-----------------------

20 septembre : Victoire de Valmy

21 septembre Le gouvernement français promet de donner la liberté aux peuples de la Savoie

22 septembre : Proclamation de la république.

27 septembre : une flotte française (comprenant deux frégates) croise devant Nice, obligeant les autorités à libérer le consul de France, Leseurre gardé à vue dans sa demeure.

28 septembre : Les troupes sardes évacuent brusquement Nice (où l’on vient d’apprendre la nouvelle de l’entrée des Français à Chambéry, le 22) et se replient sur Saorge et le massif de l’Authion. Aux troupes en retraite se mêlent nobles, fonctionnaires et émigrés. On peut compter 10000 personnes ayant fuient Nice Le général Anselme bivouaqua dans le faubourg de Sainte Hélène durant la nuit

29 septembre : 16 heures. Les troupes françaises (qui stationnaient à Saint-Laurent) pénètrent dans Nice. L’évêque Valperga, inquiet du pillage qui commence dans la ville après le départ des autorités niçoises et des troupes sardes, va au-devant des Français pour demander à d’Anselme d’occuper Nice d’urgence et d’y rétablir l’ordre. Mais il reçoit le soir même l’ordre de quitter la ville ; lors de son départ, il manque d’être assassiné par des soldats marseillais. Les Armées de la République Française envahissent le petit Comté de Nice qui depuis 1388, s'était donné comme protecteur Les Ducs puis Rois des états de Savoie. Jacques- Bernard d'Anselme occupe et laisse piller la ville. (elle est livrée au pillage car abandonné par les piémontais du général de Courtem Les représentants de l’église et de la noblesse émigrent dont les représentants de l’ordre des chevaliers de Malte qui étaient présent sur Nice depuis 1164.

30 septembre les français occupent Montalban et Villefranche

  • Mgr Charles-Eugène Valperga de Maglione, évêque de Nice, quitte son diocèse et rejoint Turin. Il était évêque du diocèse depuis 1780. Il décède à Turin en 1803.

1 octobre Les français sont à l’Escarene

2 octobre Constitution à Nice du "club des défenseurs de la liberté et de l'égalité".

4 octobre Les troupes arrivent à Sospel

12 octobre Conquête de l’arrière-pays niçois

17 octobre Prise de Levens par le général républicain Barral

18 octobre Le général Dumerbion s'empare de Puget Théniers mais il dut abandonner le site après une contre-attaque menée entre autre par un détachement piémontais et des résistants Villarois

20 octobre Lantosque est envahie par les troupes française

22 octobre Démission de de Courten remplacé par le général Saint André qui organise la résistance dans la région de Sospel

  • Les troupes françaises entrent dans Roquebillière
  • Combats entre les troupes françaises et sardes dans la montagne (vallées de la Roya et de la Bevera).
  • "L'armée du Midi" entre dans Monaco.

1er novembre L'armée du Midi est divisée en armée de Savoie et armée d’Italie.

20 novembre au 4 octobre " Les troupes françaises, au nombre de douze cents, commandées par le maréchal de camp Barral, occupent Utelle

-------------------------------

Notes :

La communauté d'Utelle, fait tuer plus de vingt bœufs et cinquante moutons
environ et autres bestiaux, et de lui fournir douze sacs de farine",
et plus une contribution de 800 livres. Pour faire vivre une garnison, au nombre de sept ou
huit cents et quelquefois même au nombre de douze cents hommes
chargée de pourvoir auxdites troupes toute le viande nécessaire et une quantité de grains.
La plus grande partie de la population est dans une extrême indigence", leurs pertes
s'étant élevées à plus de 400.000 livres.

------------------------------

23 novembre 1792, L'armée navale du contre-amiral Truguet se présenta devant la place d’Oneille, (enclave sarde dans le territoire de la république génoise aussitôt un parlementaire fut envoyé pour engager les magistrats de cette ville à leur ouvrir les portes. Mais cette délégation fut reçue par des coups de fusil qui blessa l'officier et tua sept personnes autour de lui. La ville fut bombardée le jour même et prise le lendemain, et les Français ne l'abandonnèrent qu'après l'avoir pillée et réduite en cendres. Mais dès lors le désordre régna dans l'armée, qui n'observait plus aucune discipline, et se livrait à toutes sortes de violences et de déprédations envers les habitants du comté de Nice.

8 décembre L’armée française d’invasion installe le premier pont sur le Var. C’est une simple passerelle de bois de 700m de long sans cesse endommagée par les crues du fleuve, mais qui sera le seul lien entre Nice et la France jusqu’en 1864.

  • A la fin de l’année Anselme fut suspendu de ses fonctions à cause des exactions faites par ses troupes par le ministre de la guerre Pache le 16 décembre il rend son commandement au général Brunet

1793

12 janvier Inventaire des biens des émigrés et de l’église. Pour chaque enfant émigré les parents de celui-ci devront verser l’habillement et la solde de deux hommes par jour

31 janvier un premier décret de la Convention nationale porte que le "ci-devant comté de Nice fait partie intégrante de la République française".

4 février Le comté de Nice forme le 85éme département français sous la dénomination "Alpes maritimes". Il comprend trois districts : Nice (8 cantons), Menton (5 cantons) et Puget-Théniers (7 cantons).

14 février La principauté de Monaco ainsi que Menton et Roquebrune furent rattachés dans le nouveau département des Alpes Maritimes

Les austro sardes, attaqués, se retirent de Sospel vers le col de Brouis. Les français s'emparent de Peira Cava, Belvédère, Roquebillière, Notre Dame Des Fenestres, et le plateau saint Jean au-dessus de Belvédère.

28 février Puget Théniers est de nouveau reprise par le général républicain Rossi sur les hommes du capitaine Rose du régiment de Saluces

  • Villars fut occupé par les troupes républicaines
  • 1er mars Arrivée à Nice de l'abbé Henri-Baptiste Grégoire et de Grégoire-Marie Jagot. Les deux représentants de la Convention. Ils étaient précédemment en Savoie
  • Les troupes françaises ayant mis en fuite les Piémontais, rentrèrent
    le même jour et occupèrent de nouveau la commune, d’Utelle

16 mars 1793 Une lettre des commissaires des Alpes Maritimes adressée au Comité de guerre à Paris mentionne l’existence d’une milice irrégulière à Sospel. Ces milices sont dites irrégulières car elles sont sans uniforme, peu disciplinées, ayant parfois des femmes dans leurs rangs, et non commandées par des officiers de métier. (Wikipedia)

------------------------

Notes

Les barbets viennent de naître ; ils vont pratiquer le coup de main, l’embuscade, le harcèlement et des attentats contre les troupes françaises. (Wikipedia) ; On ne peut parler de résistance car c’est une révolte de la faim, une révolte du cœur Les Barbets, des contre-révolutionnaires, armés par l’Autriche luttent contre l'occupation française dans le haut-pays niçois. Près de Duranus le « Saut des Français» garde le souvenir de soldats français qui ont été jetés dans le vide au-dessus de la Vésubie.

-----------------------

Juin/ juillet Les troupes autrichiennes et piémontaises commandées par le général De Wins combattent au col de Raus et de l’Aution plus de 3000 morts côté français

7 septembre Les troupes piémontaises reprenne le Belvedere elles le garderont jusqu’au 28 avril

8 septembre Les austro sardes attaquent, et repoussent les français en arrière de Lantosque.

30 septembre Contre- attaque de Gilette Piémontaise mais celle-ci échoue

11 novembre Villars est occupée par une troupe composé d'autrichiens

  • Combats à Moulinet, au Belvedere,

21 Novembre Installation d'une guillotine à Nice. (Son cout s’élève à 220 livres et 10 sous) Comme elle se trouvait sans emploi, elle fut prêtée à Grasse où elle fut envoyée le 4 décembre et montée aussitôt sur la place dite du Clavecin

Le Chanoine Jacques Mars il était né à Vence en 1725.mort sous la guillotine

19 octobre Combat de Gilette

1794

21 mars Une partie des troupes française sous le commandement du général Dummerbion vint occuper le Moyen Var

  • Création d'un comité de surveillance
  • Bonaparte, général d'artillerie de l'armée d’Italie qui lutte contre les Sardes et les Autrichiens dans le comté de Nice, habite au n°6 dans la rue qui porte aujourd'hui son nom. Il organise la défense des côtes du Midi. En mars il est nommé inspecteur il considère la péninsule italienne comme le lieu où doivent se diriger les attaques françaises

Le 6 avril, une division de 14.000 hommes, commandée par le général Masséna, partie de Nice la veille au matin, passe la Roya, s’empare du château de Vintimille,

28 avril Les français s’emparent de Saorge,

7/8 mai Ils tiennent Tende

La conquête du comté de Nice se termine par le traité de Paris du 15 mai 1796 Le roi de Sardaigne renonça à tous ses droits sur le comté

Sources : Archives de Nice L et révolutionnaires, BNF, Le Comté de Nice par Robert Latouche, Nice Historique, Histoire de Puget Théniers, Nice de 1388 à 1860, villard par A Magnan

Voici le résumé de mes lectures et de mes recherches sur cet événement

Fait à Notre Dame Des Millieres le 04/03/2016

Auteur Abbatucci Charles René

Nice et son Comté 1792/1794