Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Retro-Millieres.over-blog.com

Monographie de Notre Dame des Millières et divers Savoie

La Savoie en guerre 1870

Publié par Abbatucci Charles in Histoire

Commandant Michard
Commandant Michard

Quelques nouvelles des francs-tireurs garibaldiens

Défense nationale

République française

Chambéry

Citoyens,

« La défense nationale doit être la préoccupation de tous ;

Elle n’admet aucun retard.

A une heure, réunion à l’hôtel de ville pour nous entendre sur l’organisation d’un corps francs de ‘Chasseurs des Alpes’

Noblesse oblige. Vous êtes les petits fils de la grande légion républicaine des Allobroges de 1792.

Garibaldi est prêt à se mettre à la tête des ‘Chasseurs des alpes’ avec 50000 volontaires italiens ». Rocher

--------------------------------

Chasseurs des Alpes : Groupe de francs-tireurs souvenir garibaldien du corps qui avait pris naissance par décret royal du 17 mars 1859 de Victor Emmanuel et qui avait servi dans les troupes piémontaises. Cavour offrira son commandement a Joseph Garibaldi .Mais aussi en souvenir de la compagnie franche des Allobroges crée par décret le 13 août 1792

---------------------------

En mai le plébiscite organisé par l’empereur avait donné 80 % au partisan du oui La campagne avait voté largement pour Napoléon III et la ville avait à peine dépassé 50%

Les républicains avaient espérés un vote du non

-------------------------------------

- 1er septembre défilé des gardes mobiles à Montmélian (La Savoie s’ancre à la république)

-------------------------------------------------------

- 5 septembre La nouvelle du changement à Paris se répand très vite à Chambéry un groupe de manifestants se transporte, à onze heures du soir, devant la préfecture pour y réclamer la mise en liberté de deux chambériens condamnés à la prison Les citoyens Michard et Carret pour avoir trop bruyamment manifesté leurs sentiments républicains Les diverses assemblées populaire se substitue aux autorités impériales. Le préfet et le procureur général doivent céder à la demande impérieuse de la foule On hésite puis ; les deux détenus, sont immédiatement libérés acclamés et portés en triomphe ; un des premiers actes du gouvernement de la défense nationale est, d’ailleurs, de décréter une amnistie pleine et entière en faveur de tous ceux que l’ancien régime a condamnés pour crimes et délits politiques ou pour délits de presse enfin peut-on l’espérer.

Exilés et proscrits en profitent aussitôt pour rentrer en France. L’un d’eux, le citoyen Rocher, un journaliste qui s’est réfugié à Florence à la suite d’un arrêté d’expulsion débarque, à Chambéry. L’hôtel de ville est investi le désordre politique est à son comble

Eugène Guiter est nommé préfet de la Savoie » (le 5 décembre 1822 et mourra le 24 janvier 1872)

En Savoie les républicains remplacent les autorités impériales dans les villes et villages

-----------------------------

- 6 septembre Le surlendemain de son arrivée le préfet de la Savoie, fait placarder sur les murs de la ville une affiche appelant les chambériens à une réunion où il doit être décidé de la création d’un corps de volontaires pour défendre la jeune république en danger. L’état par l’intermédiaire de son nouveau préfet est de répondre au plus vite aux exigences du moment le renouvellement des troupes

----------------------------------

A Aix les Bains une commission républicaine de 9 membres est formée

------------------------------

- 7 septembre : Les deux premiers bataillons de Savoie sous la direction de Costa de Beauregard sont formés 1300 hommes environ

----------------------------------------

Comme Costa de Beauregard La noblesse savoyarde n’est pas en reste certains comme le comte de Joseph Marie de Cordon qui servit dans les mobiles de Savoie contribueront à fournir de nombreux officiers aux armées engagées dans la lutte contre la Prusse

---------------------------------------

Chacun retrouve son camp la bourgeoisie soutenu par le clergé croit à la réussite de Costa de Beauregard les autres pensent que la fin du régime napoléonien peut permettre un changement radical dans les orientations politiques et ainsi bouleverser la hiérarchie des pouvoirs cela doit passer par la victoire même sentiment avec la formation des troupes républicaines

Utopie dans les deux camps personne ne sortira vainqueur des prussiens et l’on ne pourra rien changer à la fin hostilités sur les rapports entre les riches et la classe ouvrière ni sur la mainmise du clergé

--------------------------------------

- 8 septembre A une heure de l’après-midi, à l’hôtel de ville de Chambéry, à lieu la réunion à laquelle le citoyen Rocher a convié les chambériens. Mais la municipalité, qui redoute que cette manifestation ne devienne l’origine de quelques désordres, prétexte que les locaux de la mairie ne sont pas disponibles. Rocher ne se laisse point perturber : la réunion sera quand même. Et puisque la municipalité craint de se compromettre, c’est en plein air qu’elle aura lieu, sur la place de la gare. Monté sur une table, devant un auditoire qui ne lui ménage pas sa sympathie et qui grossit à chaque instant, le citoyen Rocher expose ses idées sur la situation. Il estime que la défense nationale doit être la première des préoccupations de tous ;- son organisation ne peut souffrir aucun retard ;- les décrets du gouvernement s’efforcent de donner à la France des armées nouvelles ; mais on peut faire mieux encore ; la constitution des bataillons de mobiles n’absorbera pas toute la population valide du département ; les citoyens en état de se battre restent nombreux : qu’ils se forment en compagnie franches. Et l’orateur, rappelant à ses auditeurs la belle conduite de leurs aînés, ‘les Chasseurs des Alpes’ de 1848, propose que la Savoie organise immédiatement une nouvelle compagnie des ‘chasseurs des Alpes’. Avec pour devise ‘ Vivre libre ou mourir reprenant le serment de l’assemblée en 1791

Garibaldi, assure-t-il, est prêt à en venir prendre le commandement. Des volontaires italiens accourront en grand nombre se joindre aux francs-tireurs savoyards ; on peut compter sur 50000 engagements. L’âge requis doit être de 29 à 35 ans

Par contre le préfet reçoit plusieurs plaintes qui signalent qu'il n'y a que la ville de Chambéry qui soit ouvert aux engagements

A cette armée de volontaires on organisera la grande guerre de guérillas dont l’Espagne a donné l’exemple dans sa lutte contre Napoléon Ier. On tendra à l’adversaire de vastes embuscades, on coupera ses communications, on interceptera ses convois. Que de beaux coups de main à réaliser ; que de beaux succès à espérer ; que de gloire à cueillir !

Les citoyens Michard et Carret, s’inscrivent sur les listes et ils prennent la parole

Et recueillent eux aussi de vibrants applaudissements

En affirmant que Garibaldi est prêt à se mettre à leur tête accompagné de 50000 transalpins

Il ne faut pas que de la bonne volonté il faut des équipements et des armes, on fait appel aux donateurs au 1er octobre le total des sommes reçut avoisine 4000 francs

L’administration préfectorale et la municipalité propose eux aussi leur service afin de favoriser l’organisation des corps de volontaires on en appelle aux devoirs nationales de tous en particulier des industriels et commerçants pour fournir le matériels et les équipements des futurs francs-tireurs

- 9 septembre Bien que réticente l’église catholique accepte de participer à la demande populaire Mgr Billet reçoit la visite de Michard et Carret venus lui exposer leur projet et solliciter sa contribution financière ce qu’ils obtiendront un peu plus tard.

Rocher déclare à Chambéry sur les affiches « que la défense nationale doit être la préoccupation de tous »

------------------------------

- 10 septembre à Chambéry est créé l’association internationale de secours aux blessés avec des antennes dans certaine ville comme à Aix les Bains, Aiguebelle

--------------------------

- 12 septembre Arrêté préfectoral autorisant les communes de Savoie a procéder au comptage des hommes valides et mobilisables

-----------------------------

- 13 septembre À Lyon on annonce la venue de Garibaldi à Chambéry

-----------------------------

- 14 septembre Le comité central de défense nationale et d’armement de la Savoie vient d’être crée par le nouveau préfet M Guiter. (*) Une commission sera chargée d’organiser l’armement des corps réguliers, il donne les autorisations aux communes pour voter des budgets qui seront affectés à l’armement des troupes.

-----------------------------------

- Le conseil de Chambéry vote aussitôt en faveur de la Compagnie des Chasseurs des Alpes une première aide de 1000 francs.

Les membres sont Cousset, Delannoy, Beaurepaire, Michard, Forest Charles, Guinard, Guiter.

------------------------------

Note

Eugène Alexandre Guiter Né à Perpignan P-O le 5 décembre 1822 de Théodore commissaire du gouvernement de ce département en 1848 et député aux assemblée constituante et législative en 1848 et 1849 et Pauline Massot fille d’un député de la Creuse marié à Chambéry le 16 août 1855 à Adèle Claudine Marie Delachenal 41 ans fille d’un ancien député de la Savoie à Turin et de Claire Portier dont plusieurs enfants

-------------------------------

- 18 septembre Le député italien Crispi ancien ami de Garibaldi est en correspondance avec la préfecture de Savoie pour indiquer le nombre d’italiens susceptible de rejoindre les troupes garibaldiennes

----------------------------

-Entre le 1 septembre et le 1er octobre la ville d’Albertville reçoit la signature de 52 engagés volontaires pour faire partie des chasseurs des Alpes faisant partie de l’armée des Vosges commandé par Garibaldi

----------------------------------

- Le 21 septembre « Les efforts généreux pour le salut de la patrie se multiplient : vies et fortunes sont prodiguées pour le salut commun. L’âme de la France s’élève et s’affermit dans ses énergies superbes.

« Les communes, cette première et féconde association de nos populations, ne peuvent rester indifférentes à ce puissant mouvement qui emportent toutes les volontés. Elles doivent désirer être appelées à venir en aide par leur force collective à la défense nationale. Elles ont donné sans faiblir leurs enfants ; elles donneront une part de leur fortune sachant que par les sacrifices de ces jours d’épreuve, elles sauveront, avec la patrie, l’avenir même de leurs terres, de leurs biens, de leurs familles. Il est des prodigalités saintes et que Dieu bénit !

J’autorise toutes les communes du département de la Savoie à voter à la charge de leur budget, des subsides pour la défense nationale et spécialement pour l’armement de toutes les forces militaires organisées en Savoie »

Vive la France, vive la république

Le préfet de la Savoie : Eugène Guiter

--------------------------

- Le 23 septembre Le citoyen Tappaz, juge de paix à Bonneville travaille à la formation d’un corps franc les futurs’ francs-tireurs du Mont-Blanc’

Il est nommé capitaine mais manque complètement de connaissances militaires son adjoint sera le lieutenant Mogenier un ancien soldat d’Afrique pour la troupe se sont de bons tireurs ex chasseurs mais bien qu’endurant et de corpulence solide ils ne sont pas forcément des guerriers Ils seront définitivement organisé est prêt au combat début décembre.

---------------------------------------------------

- Le 25, le préfet de la Haute Savoie M Jules Philippe décrète la constitution d’un comité de défense du pays ce comité intimement lié aux idées du citoyen Tappaz décide de lancer un appel aux habitants Des comtés d’arrondissement se forment à Saint Julien, Bonneville, Thonon et les enrôlements se font sans discontinuer

Le préfet décide que la compagnie sera réunie est formées à Bonneville On sait que Ricciotti Garibaldi le fils de Joseph Garibaldi est venu en visite en Avril que le drapeau rouge a flotté sur l’hôtel de ville le 4 septembre

-------------------------------------------------

Le village de Bonneville est prêt à se mettre au service de la république malgré quelques hésitations des autorités diverses le nombre imposant de signatures le projet continu sur sa lancée. Sous la direction du lieutenant Mogenier l’entraînement se poursuis On soulignera la volonté du lieutenant de contribuer à cet objectif il n’était même pas caporal dans l’armée d’active juste un ancien soldat d’Afrique. Pour l’exercice on utilise les vieux fusils à piston des sapeurs-pompiers de Bonneville

---------------------------------------------

- Le 24 septembre Départ de Chambéry du 1er bataillon de Savoie commandé par Costa de Beauregard

- constitution du bataillon de chasseurs des Alpes

-------------------------

- Le 26 septembre le comité des dames offre le drapeau au bataillon sa devise sur une face ‘vaincre ou mourir’ et sur l’autre ‘chasseurs du Montblanc’

- Monsieur le général de brigade Mavet, de la section de réserve a été nommé au commandement des subdivisions de la Savoie et de la Haute Savoie à Chambéry en remplacement de M le général de brigade Rolland

-----------------------

- 27/29 Annecy départ pour le front du 97° de ligne

-------------------

- Le 30 septembre 650 volontaires piémontais arrivent à Chambéry venant de Marseille.

Chambéry a reçu près de 190 engagements pour les chasseurs des Alpes mais faute d’accessoires d’habillement, d’équipement ou d’armement la moitié des volontaires ne sont pas prêt à partir. Pourtant !

--------------------------

- Préfecture de la Savoie

Cabinet du préfet Chambéry

« Le préfet de la Savoie invite toutes les autorités civiles et militaires à donner aide et protection à la compagnie des francs-tireurs de Savoie dits « chasseurs des Alpes » qui part aujourd’hui de Chambéry sous les ordres des capitaines Michard et Carret pour servir la grande cause de la défense nationale » Le préfet Guiter

-----------------------------------------

Recrutement en Haute Savoie.
Une loi du 10 août 1870 a appelé à l'activité, pour la durée de la guerre, la totalité du contingent de la classe de 1870. Exécutées avec la plus grande rapidité, les opérations pour l'appel de celte classe, tirage et révision, se sont accomplies avec toute la régularité désirable et n'ont soulevé aucune réclamation. Le nombre des inscrits ayant participé au tirage a été de 2,413; ils ont tous subi la révision et se répartissent ainsi : Propres au service ; 1,166

Impropres 845
Exemptés . . . 387
Appelés conditionnellement 15
Sur les 1,166 jeunes gens compris dans le contingent, 33 ont été dispensés et 5 se sont fait remplacer. Il n'y a pas eu, en raison des circonstances, d'exemption à titre de soutien de
famille. Mais, depuis la fin de la guerre, l'autorité militaire a renvoyé dans* leurs foyers les jeunes soldats qui ont justifié qu'ils étaient indispensables à leurs parents.

-------------------------------------------------------

Le 10 août 1870, Mogenier est chargé d'instruire les recrues du 21e de ligne à Annecy. Après le 4 Septembre organise les « Chasseurs du Mont-Blanc ». Il rejoint cette compagnie avec les galons de lieutenant, ce qui fait de lui l'adjoint de Tappaz, Quinze volontaires de Taninges s'inscrivent dans la nouvelle formation.

---------------------------------------
6 septembre M. Jules Philippe a été nommé préfet de la Haute-Savoie

-----------------------------------------

21 septembre « Les efforts généreux pour le salut de la patrie se multiplient….. Les communes ……. …doivent venir en aide … a la défense nationale…….. J’autorise toutes les communes du département de la Savoie à voter, à la charge de leur budget, des subsides pour la défense nationale et spécialement pour l’armement de toutes les forces militaires organisés en Savoie » à Chambéry Eugène Guiter préfet de la Savoie

------------------------------------------

Le 1er octobre A Chambéry on souffre des agissements des italiens assez jeunes et riches (garibaldiens) qui s’amusent à provoquer les habitants

A sept heures du matin la compagnie des chasseurs des Alpes embarque par train de Chambéry à destination de Lyon sans véritablement d’ordre écrit. Ils ne sont pas non plus reconnus comme force militaire

On compte 83 hommes, officiers compris et son effectif n’atteindra jamais plus de 150 hommes durant la durée de la guerre le comité de Chambéry enrôlera et équipera 178 hommes pour combler les vides dû aux maladies les blessés et les morts.

En complément on peut rajouter que la troupe n’a pas de cartouches elle en recevra le lendemain

---------------------------

- D’après le Patriote Savoisien à cette date le total des souscriptions s’élève à la somme de 3544 francs et le même jour l’évêque Mgr Billet offre une somme de 200 francs

--------------------------------------

Le 3 octobre une première affiche annonce le recrutement puis le 5 octobre La liste des recrutements sont clos le 11 octobre Du point de vue de l’habillement et de l’équipement sont au complet Les hommes ont élus leurs chefs capitaine ; Tappaz, lieutenant Mogenier Ils manque que les fusils des chassepots Les francs-tireurs quittent Bonneville l pour Annecy ou ils vont trouver Mme Philippe qui leur donnera leur dernier effet vestimentaire ils sont au nombre de 130 leur capitaine avant leur départ les amène devant la tombe d’Eugène Sue ( libre penseur) C’est le 1er décembre qu’ils prendront le train à destination de Lyon pour recevoir ses ordres Arrivé a chalons sur Saône il y a une telle effervescence car on signale que deux uhlans ont été arrêtés sur la route de Chagny le train n’avance plus car les prussiens ne doivent plus être loin , finalement le convoi repart le capitaine Tappaz a pris place à côté du mécanicien et les francs-tireurs sont aux fenêtres des wagons au Creusot on commence à entendre le bruit d’une canonnade mais où personne ne peut le dire sauf qu’il est évident on se rapproche des lignes de combat, arrivé a Etang les employés de la gare confirme qu’à Autun un combat a eu lieu on s’arrête pour la journée et le lendemain le lieutenant R Tappaz reçoit par télégrammes la confirmation de l’ordre de se présenter à Autun au quartier général de l’armée ou quelques heures plus tard ils seront reçu par Ricciotti Garibaldi

----------

Le 5 octobre Le président du comité central Tappaz demande que des volontaires se fassent inscrire sur les listes pour faire partie des Francs-tireurs du Montblancs

----------------------------------

- Le 6 octobre Les italiens qui sont présent à Chambéry depuis le 30 septembre seront équipés le préfet ne veut plus les garder à Chambéry ni à Grenoble et ils seront envoyés aux garibaldiens le plus tôt possible dès que Garibaldi sera arrivée à Dôle

-------------------------------------------

- Le 8 octobre Chambéry accorde une 2ème aide de 1000 francs.

-----------------------------------------------

- 17000 hommes de réserves doivent être mobilisés en Savoie et Haute Savoie

----------------------------------------------

- 17 octobre À Grenoble on apprend l’organisation d’une légion italienne à Chambéry mais on n’aura pas assez d’armes à leur fournir

-----------------------------------

- Le 19 octobre En Savoie le préfet demande à la Suisse sa protection en cas d’invasion prussienne. Cette proposition faisait suite à celle de la Suisse qui avait proposé aux belligérants l’annexion du Chablais et du Faucigny abandonné en fin septembre

-------------------------------------------

- 20 octobre 1870 le conseil général de Savoie

L’équipement et l'habillement des mobiles est à la charge de l’État; la dépense de 21,288 FR.
40 c. pour frais d’achat de capotes et manteaux et divers supportée par le département pour achat de capotes à nos mobiles n'a été qu'une avance faite à l’État. Les fonds affectés par le département, soit à la fabrication de cartouches, soit à l'achat de manteaux pour nos francs-tireurs, rentrent dans la catégorie des dépenses faites pour la défense nationale.

---------------------------------------

« L'exploitation des mines et carrières par la dynamite a pris un grand développement en Savoie depuis la guerre Je 1870, c'est-à-dire depuis le moment où il n'était plus possible de se procurer de la poudre de mine ordinaire, et où une fabrique de dynamite s'était établie près de Port-Vendres, convention avec l'État, sous date du 30 octobre 1870.

-----------------------------------------------------

- 22 octobre Lettre d’un chasseur des Alpes

« … Cette fois nous avons vu le feu pour tout de bon ; nous avons fait prisonnier un dragon badois, nous nous sommes battus à Longuerue, entre Epinal et Remiremont. Pendant trois jours la pluie n’a cessé de tomber à torrent ; impossible de se coucher. Nous battons en retraite sur Besançon

Le général Cambriels nous avait envoyés en avant pour retarder la marche de l’ennemi ; nous y avons réussi pendant trois jours. Lorsque nous sommes revenus à Remiremont avec l’intention de nous y établir pour continuer notre résistance, on nous a dit que la ville se rendait aux prussiens. On nous a refusé a manger, a nous, défenseurs de la patrie et de la liberté. Le maire a fait jeter dans la Moselle plus de trois quintaux de cartouches, mille chassepots et toutes les armes et les cartouches de la garde nationale. Puis il a fait voter 150000 F pour les donner aux prussiens.

Je me porte bien. On n’a pas toujours du poulet ; il s’en manque. Un morceau de pain noir et de l’eau, quand on en trouve et encore faut-il les payer bien cher » cette lettre montre à quel point l’intendance ne fait pas son travail la troupe a faim rien n’est prévue pour l’organisation et le transport des vivres (Patriote savoisien)

--------------------------

Le 30 octobre En Savoie 650 volontaires italiens des ouvriers piémontais venant de Marseille arrivent à Chambéry comme les casernes sont déjà pleines les volontaires italiens trouvent de la place dans les écoles Les chambériens leurs font bon accueil mais la cohabitation avec les habitants n’est pas toujours bonne on se plaint de leur façon de faire bruyant et exubérants ils ne sont ni armés, ni équipés

-----------------------------------------

Le 30 octobre M. Marc Dufraisse, en prenant possession de son poste de préfet des Alpes-Maritimes et de commissaire général des départements du Var, de l'Hérault, de la Savoie et la Haute-Savoie, adressait à ses administrés
une circulaire, dont nous extrayons ce passage :
« Un magistrat de l'ordre nouveau, de la loi républicaine, serait inexcusable s'il imitait, au nom de la liberté, les pro- cédés arbitraires du régime violent d'où nous sortons.
« Le seul moyen, selon moi, d'asseoir la République sur une base solide, indestructible, c'est de prouver qu'elle veut avec sincérité', et qu'elle peut, sans péril, respecter les garanties sociales et politiques consacrées par le droit public qui date de 1789. Naître, les alarmes qu'elles propagent et entretiennent, ne furent jamais pour aucun gouvernement, quelle qu'en ait été la forme, un gage de force et de durée. « Les mesures illégales, les craintes que ces mesures font« Je compte que vous m'aiderez à remplir ma mission toute de concorde, de pa
ix et de sûreté »

-----------------------------------------------------------------------

- Le 31 octobre L’hôtel de ville de Chambéry fait distribuer 8000 francs environ aux jeunes prêts à l’enrôlement pour leur ordinaire

-------------------------------------------

- Début novembre un comité des dames se constitue afin de trouver des vêtements chauds aux soldats qui sont sur le front

----------------------------------------------

L’invasion prussienne devient le thème privilégié de la classe politique entre les conservateurs et les républicains. L’épuration des maires et des députés proche de l’ancien régime prend de l’importance. Les républicains et les conservateurs s’affrontent

------------------------------------

- Le 8 novembre La commission municipale de Chambéry vote la dépense pour permettre aux chasseurs d’avoir des capotes

------------------------------

- 11 novembre de Chambéry le chef de bataillon Païs commandant des volontaires italiens de Chambéry vient de recevoir l’ordre du colonel Bordonne de rejoindre les forces de l’armée des Vosges mais celui-ci lui exprime qu’il ne peut faire aucun mouvement car le préfet et m Quillon intendant général ne connaissait d’autre chef que le général Frapolli et l’intendant Baillehache

-----------------------------------

- Le 11 novembre le commandant Massoneri qui a en charge la formation de la cavalerie pour l’armée des Vosges à Chambéry se détache petit à petit des ordres qu’il reçoit Il déclare suite à une demande de l’état-major qu’il continuerait l’organisation et la formation de ce corps à condition de recevoir les moyens nécessaires

-------------------------------------

- Le 12 novembre Le conseil général de Savoie vote un crédit de 31000 francs pour l’achat de capotes aux mobiles et aux francs-tireurs

Le registre d’enrôlement se couvre rapidement de signatures

. En Savoie Suite à un arrêté du 12 septembre 1870 de la préfecture de Chambéry 161 hommes du village de Notre Dame des Millières sont inscrits en mairie,’ les mobilisables’ pour intégrer les « Francs-tireurs » et les « mobiles de Savoie ».On compte 1 capitaine un lieutenant et 2 sous-lieutenant. Pour la ville d’Albertville 538 hommes qui ont été formé en 9 compagnie 4 capitaines, 4 lieutenants, et 4 sous lieutenants

-----------------------------------------

- Le 13 novembre A Allondaz on accorde un secours de 26 francs pour vêtements « à nos mobiles et volontaires sous les drapeaux

----------------------------

- Le 17 novembre A Chambéry on compte 143 chasseurs prêts en renfort équipés de 141 chassepots On notera que par rapport aux premiers engagements la Savoie a réussi a trouver des fusils de qualité

A noter que le 16 décembre on compte 187 francs-tireurs et 187 chassepots

-----------------------------------

- 18 novembre les « francs-tireurs du Mont-Blanc » reçoivent leurs armes
La compagnie quitte peu après son cantonnement de Bonneville derrière le fanion rouge offert par les dames et demoiselles de la ville

------------------------

- Le 19 novembre en Haute Savoie L’effectif de la compagnie des francs-tireurs du Mont-blanc atteint 130 hommes

-----------------------------

- Le 20 novembre suite à l’affaire de Chatillon le préfet écrit a Michard

Chambéry Mon cher Michard

« Je ne veux pas laisser M Alexis Rousseau sans lui donner pour vous et pour vos braves soldats quelques paroles amies. Nous vous suivrons toujours par la pensée et sommes heureux de savoir que vous faites bravement votre devoir.

La Savoie s’est émue de votre pénurie en face de l’hiver, Alexis rousseau vous apporte déjà 80 manteaux ; les autres suivront. Dites-nous ce dont vous avez le plus pesant besoin.

En hâte on m’attend.

A vous, A Curtet, et aux vôtres, fraternellement ». Eugène Guiter

Le conseil municipal de Thénésol vote une allocation pour l’achat et la confection de vêtements chauds pour les volontaires sous les drapeaux cette somme ira au comité des dames d’Albertville. Les dernières nouvelles du front signale que le froid va être terrible il faut absolument apporter des vêtements chauds et protecteur pour la pluie

-------------------

- 1er décembre en Savoie ou en Haute Savoie ont doit trouver l’argent nécessaire pour financer l’entretien des troupes un emprunt ou un impôt communale sera crée

-----------------------------------------

- 14 décembre La ville de Chambéry accepte le don qui lui est fait par les chasseurs des alpes ; des armes et des effets conquis sur l’ennemi à Châtillon sur Seine, le conseil vote à sa compagnie de francs-tireurs, une subvention de 1000 F

-----------------------------------

- 16 décembre A Chambéry on compte 187 chasseurs prêts et équipés de chassepots

On peut aussi indiquer qu’il y a pour le département en plus 8000 hommes dans la garde nationales mobilisés possédant 4000 fusils a percutions

Plus un nombre de 26900 gardes nationaux sédentaires possédant 2976 fusils à percussions

----------------------------------------------

- 17 décembre le préfet de Haute Savoie Jules Philippe appel sous les drapeaux de la garde nationale mobilisée

-------------------------------------

Le dépôt d’armes de Chambéry et de Lyon est regroupé à Valence

------------------------------------

- 22 décembre Même si le contexte n’est pas celui de la guerre il est important de parler du percement du tunnel du Mont Cenis à ce jour il reste 15 mètres a percer

---------------------------------

- 23 décembre la France découvre l’Italie rappelons-nous d’un nom aujourd’hui oublié Joseph Médail un petit géomètre qui proposa en 1832 au roi Charles Albert un projet fou le tunnel du Fréjus

-----------------------------

- Le 25 décembre A Chambéry fin des travaux du tunnel du Fréjus

En Savoie et Haute Savoie les journaux alarmistes annoncent la possibilité d’une arrivée prochaine des prussiens

----------------------------------------

En décembre à Paris on reproche aux savoyards d’avoir demandé à la Suisse sa protection en cas d’invasion prussienne en demandant l’occupation par les troupes de la Savoie du Nord

-----------------

Les savoyards de Paris en particulier Jules Forni avocat de la cour d’appel et ancien président du comité démocratique savoisien s’insurge contre les rumeurs d’une Savoie apeurée et prête à se vendre au moment même où la nation livre un combat pour sa survie pourtant ce n’est pas une rumeur comme à Lyon la possible invasion du sud de la France permet à certains depuis le 19 octobre L’idée d'uin possible rattachement avec la Suisse fera son chemin même après la guerre Si la position de neutralité sous protection ne peut être prise en compte sérieusement vue la faiblesse de militaire de la Suisse L’idée d’un rattachement avec la Suisse a pu se concevoir

-----------------------

Plusieurs centres de secours recevaient les blessés on peut citer quelques-uns dont Aiguebelle et Chambéry

------------------------------

Auteur Abbatucci Charles René

Le 19 juillet 2010 à

Notre Dame des Millières